Nouveaux produits

Promotions

DIY

                                                                             

1.   Le Do It Yourself, c’est quoi ?

Le DIY (pour Do It Yourself ou en français, Faites-le Vous-Même) est un mode de consommation alternatif qui consiste à fabriquer par ses propres moyens du e-liquide pour cigarette électronique.

On a...

                                                                             

1.   Le Do It Yourself, c’est quoi ?

Le DIY (pour Do It Yourself ou en français, Faites-le Vous-Même) est un mode de consommation alternatif qui consiste à fabriquer par ses propres moyens du e-liquide pour cigarette électronique.

On appelle e-liquide un liquide prêt à vaper comportant une base de Propylène Glycol (PG) et/ ou de Glycérine Végétale (VG), contenant ou pas de la nicotine, des arômes concentrés et éventuellement des additifs.

Concevoir son propre e-liquide permet de doser les arômes, de choisir sa base et son taux de nicotine pour créer un e-liquide unique et totalement adapté à sa manière de vaper. C’est aussi l’occasion de tester et d’inventer de nouvelles saveurs.
Le DIY est économique et probablement plus simple que vous ne le pensez, alors lancez-vous !

Le Do It Yourself, de manière résumée, c’est simplement :

  • Ajouter des gouttes d’arômes concentrés dans une base neutre (PG et/ou VG avec ou sans

    nicotine),

  • patienter (minimum 24h) pour laisser le temps aux arômes de s’exprimer,

  • et déguster.

2.   Quels sont les avantages du DIY ? 

Réaliser son propre e-liquide est une décision qui peut être motivée par plusieurs facteurs. Le manque de transparence dans la composition des e-liquides tout fait ou le désir de réaliser un goût original peuvent en être un. Ajoutons aussi la volonté de faire des économies très intéressantes sur le long terme ou encore le simple plaisir de réaliser soi-même des recettes.

Voici les principaux facteurs qui amènent les vapeurs à se lancer dans le DIY :

  • Une économie importante sur sa consommation de e-liquide (le prix de revient d’un flacon de

    10 ml est de plus ou moins 1€).

  • Connaître et maîtriser la composition de ses e-liquides.

  • Réaliser des combinaisons infinies, grâce au choix important d’arômes, de bases et d’additifs.

    Vous pouvez personnaliser votre liquide au plus près de vos envies.

  • La satisfaction d’avoir réalisé soi-même son e-liquide.

  • Le dosage précis de sa base PG ou VG selon ses goûts.

  • Le choix d’un conditionnement adapté à sa consommation : 10ml, 30ml, 50ml, 100ml...

  • Créer une recette unique propre à son goût personnel.

Attention : la fabrication DIY n’apporte en aucun cas la garantie absolue de vaper un e-liquide totalement sain. Elle permet toutefois de connaître un peu mieux la liste des ingrédients et leurs quantités. 

3.    Les bases 

La fabrication d’un e-liquide maison démarre grâce à une base prête à l’emploi qui constituera 70 à 90% de votre mélange. Il s’agit d’un e-liquide «neutre» (sans goût) avec ou sans nicotine, auquel il faudra ajouter un ou plusieurs arômes concentrés et accessoirement des additifs

Deux composants sont utilisés en cigarette électronique pour créer la base de votre e-liquide : le Propylène Glycol (abrégé en PG) et la Glycérine Végétale (abrégé en VG). On peut choisir des liquides de base mélangeant les deux composants avec déjà de la nicotine incorporée, ce qui est fortement conseillé.

Soit cette base est déjà préparée comme du 80PG/20VG ou 50PG/50VG, soit on prend une base en 100% PG et une base en 100% VG pour faire ses propres combinaisons.

Certains préfèrent la fabrication de e-liquide uniquement avec du PG. Plus rarement, d’autres n’utiliseront que de la VG. Toutefois, on constate que la majorité des vapeurs préfèrent fabriquer leur e-liquide en mélangeant ces deux composants de base. 

Le 80PG/20VG : c’est le mélange le plus consommé en France car démocratisé par de nombreuses marques de e-liquides français. Il s’agit principalement de compenser par un peu de Glycérine Végétale le manque de vapeur et l’aspect déshydratant du PG.

Le 70PG/30VG ou 60PG/40VG : il s’agit probablement du meilleur compromis pour obtenir à la fois un bon hit et une vapeur correcte, sans trop encrasser ses résistances.Le 50PG/50VG : ce mélange constitue pour beaucoup de vapeurs confirmés le bon rapport, réunissant le meilleur des deux bases. Bonne conduction des arômes, hit satisfaisant, vapeur généreuse.

Le 50PG/50VG : ce mélange constitue pour beaucoup de vapeurs confirmés le bon rapport, réunissant le meilleur des deux bases. Bonne conduction des arômes, hit satisfaisant, vapeur généreuse. Malheureusement, ce mélange apporte une viscosité importante qui détériore rapidement les résistances standard. 

Malheureusement, ce mélange apporte une viscosité importante qui détériore rapidement les résistances standard.

Le mélange idéal existe peut être, ou pas. Chacun aura ses propres préférences. 100% PG ou mélange PG/VG, c’est en forgeant qu’on devient forgeron, quelques tests vous permettront de trouver votre bonheur. Si on se réfère aux retours des témoignages, un mélange avec une plus forte proportion de PG l’emporte toutefois chez les vapeurs (60/40 à 80/20). 

4.   Le Taux de Nicotine

On ne travaille pas avec de la nicotine pure, fort heureusement. Celle-ci est déjà diluée dans du PG mais reste toutefois délicate à manipuler. Les bases sont proposées avec de multiples niveaux de nicotine : de 0 mg/ml à 18 mg/ml, voire plus (à manipuler avec d’extrêmes précautions). La règle quand on achète du PG nicotiné très concentré est de le pré-diluer systématiquement pour éviter tout incident de dosage ou de manipulation. Il est conseillé d’utiliser les mêmes taux que lors de vos achats de e-liquides tout prêts.

Vous pouvez obtenir un taux de nicotine autre que les 3 taux proposés habituellement (6, 12 et 18mg/ml) en mélangeant deux bases avec des taux de nicotine différent. Par exemple, si vous souhaitez un e-liquide de 10 ml au taux de nicotine de 9 mg/ml, mélangez 5 ml d’une base 18 mg avec 5 ml d’une base à 0 mg.

Pour faire par exemple du 12 mg/ml de nicotine, on prendra une base de 12 mg/ml en 100% PG et une base de 12 mg/ml en 100% VG soit 12 + 12 = 24 / 2 = 12 mg/ml en nicotine.
Autre exemple; si on veut du 6 mg/ml de nicotine, c’est pareil : 6 + 6 =12 / 2 = 6 mg/ml en nicotine. Etenfin,si on veut par exemple du 9mg/ml : 18+0=18/2=9mg/ml en mélangeant bien sûr en ba se 50% de VG et 50% de PG sinon il faut sortir sa calculette et faire des calculs scientifiques...

Pour calculer le taux de nicotine d’un mélange, un simple calcul du taux de nicotine est nécessaire Taux final = (taux du liquide nicotiné de base x quantité de liquide nicotiné de base) / (quantité totale de e-liquide).
Un exemple : on a acheté un flacon de PG nicotiné à 18 mg/ml. On met 10ml de liquide nicotiné de base, 15ml de PG, 5ml de VG et 1ml d’arôme.

Taux final = (10 x 18) / (10 + 15 + 5 + 1) = env. 6mg/ml.

Attention : calculez toujours le taux de nicotine de votre e-liquide avant de le goûter.

A titre indicatif :

  • Si vous êtes très fortement dépendant à la nicotine nous vous conseillons d’opter pour des

    e-liquides dosés dans un premier temps à 18 mg/ml de nicotine associés à une cigarette électronique puissante à voltage variable vous permettant d’augmenter la quantité de vapeur et le hit en gorge.

  • Si vous êtes moyennement dépendant à la nicotine, nous vous conseillons des e-liquides dosés à 12 mg/ml de nicotine.

  • Si vous êtes faiblement dépendant à la nicotine, nous vous conseillons des e-liquides dosés à 6 mg/ml de nicotine.

  • Si vous n’êtes pas dépendant à la nicotine nous vous conseillons des e-liquides sans nicotine. L’absence de nicotine diminuera le hit, privilégiez donc les saveurs fortes comme la menthe glaciale ou des mélanges menthe-tabac

Attention : si vous êtes non fumeur, évitez absolument les e-liquides nicotinés. Chez le fumeur régulier, le nombre de récepteurs nicotiniques est considérablement augmenté limitant ainsi les effets de la nicotine mais pour un non fumeur, le risque de dépendance et de surdosage est bien réel ! 

            5.     Les Arômes

                                                                       

Les arômes concentrés, naturels ou artificiels, permettent de vaper avec un certain plaisir et une gourmandise non dissimulé. Ce sont pour la plupart des arômes alimentaires spécifiques au e-liquide. Ceux-ci sont très concentrés donc une très petite quantité suffit. On peut en utiliser un ou plusieurs dans un mélange. Il en existe pour tous les goûts : fruits, tabac, saveur gourmandes etc.

Le proverbe dit «les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas» : un arôme adoré par les uns n’est pas nécessairement le favori des autres. Certains vapeurs vont préférer les arômes fruités alors que d’autres se tourneront vers des arômes gourmands. A vous de découvrir vos préférés. En la matière, il n’y a pas de règle. Suivez vos préférences, vos envies et osez varier les recettes selon votre bon plaisir.

Il existe plus d’une centaine d’arômes différents. Qu’il s’agisse de menthe, tabac, fraise, pêche ou bonbon, vous trouverez forcément les saveurs qui vous correspondent.


4 grandes familles d’arômes se dessinent :


• Les arômes Tabac,

• Les arômes Mentholés,

• Les arômes Gourmands,

• Les arômes Boissons

6.    Préparer son e-liquide 

Voici la marche à suivre pour fabriquer une quantité de 10ml d’e-liquide :


       1. Se laver les mains. Les produits utilisés, et particulièrement la nicotine, sont facilement absorbés par les muqueuses. Ils ne doivent pas entrez en contact prolongé avec la peau ou les yeux, ni être ingérés. Vous pouvez utiliser des gants en latex et des lunettes de protection pour une sécurité maximum.

  • Travailler hors de portée des enfants, sur un plan de travail propre et vide.

  • Disposez sur votre plan de travail vos ingrédients (PG, VG, arômes, additifs) et votrematériel (flacons, pipettes, seringues, gants, lunettes). N’oubliez pas votre e-cigarette pour la dégustation.

  •  Commencez par mettre dans votre flacon les ingrédients en poudre ou cristaux (exemple : vanilline) à l’aide de la pointe d’un couteau ou d’un accessoire plus adapté. Vous pourrez facilement essuyer le flacon si vous en mettez à côté. Si vos arômes sont s sous forme liquide, vous pouvez passer à l’étape suivante.

  • A l’aide d’une seringue ou d’une pipette graduée, remplir un flacon vide avec votre base, nicotinée ou non, prête à l’emploi. Pour fabriquer 10ml d’e-liquide : mettre 8ml de base, les +/- 2 ml restants seront les arômes et additifs. (Agitez puis ouvrez votre flacon de base, manipulez prudemment, fermez le flacon puis rangez-le)

  • Ajoutez les additifs basiques tels que l’alcool et/ou l’eau pure (ceci est optionnel et dépend des goûts de chacun)

  • Ajouter quelques gouttes d’arôme(s). Commencez toujours par de faibles quantités et ajustez vos recettes au gré de vos goûts. Agitez les arômes avant emploi.

  • Facultatif : ajouter un ou plusieurs additifs (booster, adoucisseur de goût etc.)

  • Refermez le flacon puis secouer énergiquement 30 à 60 secondes puis laissez reposer quelques minutes. Répétez plusieurs fois l’opération, surtout si vous y avez mis un ingrédient en poudre.

  • Se laver à nouveau les mains, nettoyez votre matériel et votre plan de travail.
  • Notez et conservez votre recette pour la refaire plus tard ou la transmettre.
  • Goûtez votre e-liquide. En fonction de vos goûts, ajustez, rectifiez, ajoutez si besoin un additif et répétez l’opération précédente.

            Certains laisseront reposer plusieurs heures avant de goûter (les arômes se mettent en place très lentement). 

7.   La maturation des arômes

La dégustation d’un e-liquide fait maison semble avoir la même contrainte qu’un bon vin, il faut le laisser reposer quelque temps pour tirer le meilleur des arômes qu’il renferme.
La maturation, ou phase d’épanouissement, est donc une étape cruciale. C’est le temps nécessaire pour que votre préparation atteigne son plus haut degré de développement aromatique.

Voici quelques règles à suivre en fonction du type d’arôme contenu dans votre flacon :

  • Arôme fruité mono-arômes : maturation de 0 à 5 jours. Ces arômes ne vieillissent pas forcement très bien, certains se dénaturent assez vite et un mélange avec une dominance

    d’un fruit un jour ne le sera pas forcément quelques jours après.

  • Arômes fruitées complexes à plusieurs arômes : de 3 à 7 jours si 100% fruit.

  • Arômes menthes, anis, absinthes, réglisses, cafés, épices, vanilles : 1 à 2 semaines

    suffisent, ensuite ils perdent en puissance avec le temps.

  • Liquides contenant de l’alcool : 2 semaines minimum,

  • Arômes gourmands : maturation de 2 à 3 semaines, ne vieillissent pas forcément très bien.

  • Arômes de type tabac : maturation minimum de 15 jours, se bonifie avec les semaines.

    On estime que les molécules aromatiques ont besoin de plus de temps pour se combiner et arriver à un équilibre. On peut faire l’expérience de suivre l’évolution d’un DIY tabac en vapotant quelques gouttes tous les jours. Vous verrez qu’il faut pas mal de temps pour que le tabac devienne agréable et s’harmonise avec le reste. Au début il est souvent trop amer et casse le reste de du mélange.

    Il est très important de respecter ces temps de repos même si cela peut paraître contraignant car à moins d’avoir pas mal de réserves, on a toujours envie d’essayer le mélange que l’on vient de réaliser. Ceci dit certains mélanges comme les DIY simples en mono-arôme n’ont pas besoin de plus de 3 ou 4 jours de maturation. Après cette période, il n’y aura aucun changement notable en terme de saveur.

    A noter que l’ajout d’additif ne nécessite généralement pas de temps de maturation supplémentaire mais que plus le taux de Glycérine Végétale dans votre base est important, plus le temps de maturation sera long. 

Source : Wuslang 

Rermerciements tout particulier à son travail de recherche et de rédaction
Téléchargement du Guide Complet :                  >>>> Guide+complet+du+DIY+v1.3.pdf <<<<
Détails

DIY Il n'y a aucun produit dans cette catégorie.